Croisade pour le costume croisé

Autant l’avouer d’entrée de jeu, le costume croisé n’est pas aujourd’hui une pièce du vestiaire masculin que l’on peut voir portée à chaque coin de rue. Depuis son avènement dans les années 30-40, le costume croisé a progressivement perdu du terrain. Aujourd’hui, il est assez rare de croiser un homme arborant ce monument sartorial.

Le costume croisé est en partie victime de certains préjugés auxquels il est bon de tordre le cou. Pour commencer, non, le costume croisé n’est pas réservé aux hommes d’un certain âge. Bien que l’un de ses afficionados les plus célèbres soit le prince Charles, le costume croisé peut-être porté à n’importe quel âge, et on assiste, depuis quelques années, à un regain d’intérêt pour cette pièce chez certains jeunes hommes intéressés par la chose sartoriale, qui savent à quel point le costume croisé peut faire beaucoup pour leur allure.

Un autre préjugé courant concernant le costumé croisé est qu’il ne convient pas à toutes les morphologies. Un costume croisé bien coupé convient en réalité à la fois aux grands, aux petits, aux minces ou bien même aux gens ayant un peu (mais pas trop) d’embonpoint.

Il est important de noter toutefois que le costume croisé souffre peu d’approximation. Il vous mettra en valeur, à condition qu’il soit bien coupé. Oubliez le costume croisé trop grand et d’une couleur douteuse de votre grand-oncle.

Les modèles les plus fréquents de costumes croisés sont le 6 on 2, comportant 6 boutons dont 2 actifs, le 6 on 1, plus osé, avec un seul bouton actif, celui du bas, et le 4 on 2, plus casual.

mariya-georgieva-42318
Un exemple de costume croisé 6 on 2: 6 boutons dont 2 boutons actifs (les 2 en bas à gauche). Bon, quant au modèle, on n’est pas obligé de porter la même couleur…

Porter un costumé croisé à vos mesures, bien coupé vous apportera un supplément de style, vous différenciera sans être ostentatoire et pourra même vous donner un supplément de confiance en vous.

 

Laisser un commentaire

Powered by WordPress.com. Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :