L’inégalité hommes-femmes jusque dans le manteau

Aujourd’hui, une fois n’est pas coutume, je parlerai plus de vêtements féminins, en opposition avec ce que l’on peut trouver chez les hommes, en espérant ne pas trop perturber mes chers lecteurs.

Car décidément, il n’est pas toujours facile d’être une femme : en plus d’avoir des rémunérations moindres à travail égal que les hommes, de se coltiner plus de tâches domestiques, j’ai découvert récemment que les femmes étaient également victimes d’inégalités par rapport aux hommes dans le domaine du vêtement et plus particulièrement en ce qui concerne le manteau.

Il n’est pourtant pas rare d’entendre les femmes dire que l’habillement est un domaine où elles n’envient pas les hommes, notamment car elles ont infiniment plus de choix que le sexe opposé : robes, jupes, pantalons…

Si le choix est une chose, la qualité en est une autre, et j’ai récemment fait une expérience assez surprenante. Alors que ma femme, cherchant un modèle de manteau pour son anniversaire, me demandait qu’elle était la limite en termes de pourcentage de laine pour une modèle d’hiver, je lui répondais 70% (moins, on considère que c’est assez léger), ne me doutant pas un instant, que, pour un budget de 300-350 euros, la question puisse se poser.

En effet, si vous êtes un homme, dans cette fourchette de prix, vous pouvez trouver des manteaux 100% laine sans avoir à faire trop de recherches. En tout état de cause, le 70-80% de laine ne sera pas trop onéreux. Mais si vous êtes une femme, les choses se compliquent alors sérieusement. En effet, une petite recherche m’a permis de constater que, chez les femmes, les marques aimaient mélanger allègrement les matières synthétiques à la laine dans les manteaux, bien plus que chez les hommes. Et que l’on ne vienne pas me parler des progrès faits dans les matières synthétiques, qui est souvent un argument commercial assez fallacieux.

Ainsi, des marques ayant pignon sur rue n’hésitent pas à proposer à la gent féminine des manteaux à 350 euros avec 50-60% de laine, ce qui, c’est sûr, les protégera bien du froid. Je me suis alors demandé quel montant il fallait mettre pour avoir le privilège de se payer un manteau 100% laine en étant une femme, et en général, à moins de 600-700 euros, vous ne trouverez pas.

Apparemment, le milieu de l’habillement considère donc que les femmes n’ont pas le droit d’être autant protégées du froid que les hommes. Je ne peux donc pas m’empêcher de penser qu’une marque pas trop niche ayant les moyens de communiquer et qui proposerait des manteaux à moins de 400 euros en 100% laine avec des modèles sympas pourrait faire quelque chose. En attendant, mesdames, payez cher vos manteaux peu chauds et passez votre chemin.

2 commentaires sur “L’inégalité hommes-femmes jusque dans le manteau

Ajouter un commentaire

  1. Bonjour Christophe,

    Je découvre tout juste votre site, que je trouve fort intéressant. Et une personne qui aime le style Pini Parma ne peut pas être une mauvaise personne !

    Une petite réaction concernant votre article :

    Il est indéniable que dans leur globalité, et à tarif égal, les vêtements féminins dans le prêt-à-porter sont bien souvent d’une qualité moindre que les vêtement masculins ; je le constate également avec les vêtements de ma femme.

    La raison est à chercher, je crois, dans les habitudes de consommation du vêtement, qui sont elles mêmes genrées, ce qu’ont fort bien compris les industriels et les publicitaires. En effet, la plupart des hommes ont un rapport au vêtement qui est avant tout utilitaire, souvent au détriment du style d’ailleurs (le vêtement est-il solide, est-il confortable), là où la plupart des femmes consomment le vêtement d’avantage en fonction de la mode, de l’envie, et cèdent d’avantage aux achats coup de coeur.

    Cela s’observe et se mesure d’ailleurs très bien. Par exemple, les hommes sont d’avantage fidèles à un nombre très restreint de marques, là où les femmes se fient beaucoup moins à une marque et passent d’avantage de l’une à l’autre sans problème. De la même manière, il n’est pas rare qu’un homme achète un seul et même vêtement en plusieurs exemplaires s’il en est satisfait, chose que ne font peu ou pas les femmes.

    Comme le côté fonctionnel du vêtement n’est pas le premier critère d’achat pour les femmes, il est plus facile de leur vendre des vêtements inconfortables, de qualité médiocre, et peu pratiques. Jusqu’à un certain point tout du moins, car nombreuses sont celles qui se plaignent désormais, à raison, de l’absence de poches dans leurs jeans et leurs manteaux, des coupes improbables de certains de leurs vêtements, et de la faible durabilité de certaines pièces de leur garde robe.

    Il est à souhaiter que les industrielles commence à réhausser la qualité des vêtements pour femmes, comme ils l’ont d’ailleurs fait ces dernières années pour les hommes. Mais il faut aussi que les consommatrices se fassent entendre, et qu’elles consentent à acheter moins, plus cher et mieux, du moins lorsqu’il existe un mieux.

    1. Bonjour Matthieu,
      Merci beaucoup pour votre commentaire et ravi que le site vous plaise.
      Je suis évidemment tout à fait d’accord avec vous quant au fait que les habitudes de consommation chez les femmes en termes de mode divergent. Il y a bien souvent une recherche de style qui prime, quitte à se faire au détriment de la qualité. Néanmoins, ce n’est pas une raison pour les marques pour les prendrent pour des imbéciles et j’aimerais vraiment qu’au moins certaines d’entre elles, en plus grand nombre par rapport à aujourd’hui, proposent des vêtements de meilleure qualité avec moins de matières sytnhétiques, quitte à faire un travail d’éducation auprès de leurs clientes sur les bénéfices de vêtements de ce type et à expliquer pourquoi aussi bien évidemment cela a un coût.

Laisser un commentaire

Powered by WordPress.com. Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :