Marque que j’aime: Crockett & Jones

Rarement dans ma vie je n’ai éprouvé une émotion comparable à celle qui m’étreignit le jour où je pénétrais dans le magasin Crockett & Jones de la Madeleine à Paris. Il y a ce bois partout, ces tapis épais, ces fauteuils club qui confèrent à ce lieu une ambiance so british qui a su toucher le gentleman qui sommeillait en moi. Et puis bien sûr, il y a ces souliers sur les étagères, tous plus beaux les uns que les autres : richelieus, derbys, boots, mocassins, noirs, marron…. Je ne pensais pas qu’il était possible d’éprouver une telle émotion dans un magasin et pourtant, devant tant de beauté, de savoir-faire, je dus rendre les armes.

Il y a au fond peu de marques que je recommanderais les yeux fermés. Crockett & Jones, pour les chaussures, en fait partie. C’est sans doute un des meilleures rapports qualité-prix sur cette planète.
La paire de Richelieu bordeaux que je possède de chez eux est pour moi l’un des joyaux de mon vestiaire.

Crockett and Jones a été fondé en 1879 par Charles Jones et Sir James Crockett à Northampton en Angleterre. Northampton est d’ailleurs le berceau de la chaussure anglaise et le calcéophile n’achète d’ailleurs souvent pas du Made in England mais du Made in Northampton (John Lobb et Edward Green entre autres ont aussi leur site de production dans cette ville).

Au fil du temps, Crockett & Jones a su maintenir un niveau de qualité constant. Les souliers sont en Goodyear et chaque paire est le résultat de plus de 200 opérations manuelles de la part d’ouvriers très qualifiés.
De plus, Crockett & Jones est resté une entreprise familiale puisque qu’aujourd’hui, la 5génération de Crockett et de Jones est aux manettes de l’entreprise.

Quintessence du style britannique avec ces bouts arrondis reconnaissables entre mille, Crockett & Jones propose deux lignes : la Main line et la Handgrade. Si la marque n’a pas forcément de modèle emblématique comme Weston et ses mocassins 180, sachez que les amateurs apprécient particulièrement leurs boots tels les modèles Chukka ou encore Coniston.

Crockett & Jones boots
Les Coniston, un modèle apprécié des connaisseurs
Crockett & Jones Chukka
Un autre must de la marque, les Chukka boots

Néanmoins, si vous cherchez des chaussures plus formelles comme des Richelieu, vous trouverez largement votre bonheur, que ce soit des one cut ou à l’autre extrémité de magnifiques souliers à bouts fleuris.

Richelieu marron Crockett & Jones
#shoeporn

Et si vous voulez être tendance, vous trouverez également les fameuses chaussures à double boucle remises au goût du jour par les italiens (chaussures que je déconseille personnellement de prendre noires, optez pour le marron et rien d’autre).

Acheter une paire chez Crockett & Jones, c’est l’assurance de ne pas se tromper, de choisir des souliers au style intemporel et qui durent. Car oui, je ne vais pas vous mentir, l’investissement de départ pour une paire de la marque n’est pas dérisoire. Mais gardez à l’esprit que s’il y a bien une pièce du vestiaire masculin où il faut investir (en plus du manteau), ce sont les chaussures. Et s’il y a bien une chose que les amateurs de souliers savent, c’est qu’une paire à 500 euros ne dure pas deux fois et demi plus longtemps qu’une paire à 200 euros, mais plutôt quatre ou cinq fois plus, si vous l’entretenez bien, tant il y a un saut qualitatif à partir de 400-500 euros pour une paire de chaussures pour homme. Et je ne parle même pas du plaisir de posséder une belle paire de souliers.

Alors, si jamais vous êtes prêt à franchir le pas, je peux vous assurer que vous ne serez pas déçus.

Laisser un commentaire

Powered by WordPress.com. Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :